bio3

L’intérêt de la globalité: De Gasquet VS Pilates

Si vous êtes debout ce n’est ni grâce à vos jambes ni grâce à votre dos.

Cet article est dans mon ordi depuis plusieurs mois. Je le réservais car je pensais qu’il lui manquait un petit quelque chose.

Après un stage en Suisse sur le bio-intelligence movement, un stage dispensé par la très compétente Célina Hwang, j’ai trouvé !

Notre belle salle de stage

Durant cette retraite dans le canton du Valais enneigé, une journée a été consacrée à la colonne vertébrale mais pas que…  On a tout exploré : le crâne, la nuque, l’ensemble du dos, le sacrum… jusqu’aux pieds et ce, d’abord d’un seul côté.

Les mouvements, des ondulations, de l’hydratation de tissu (je détaillerai tout ça dans d’autres posts).  A chaque fois qu’une partie était bien explorée, nous étions invités à ressentir simplement ce que nos gestes avaient apporté.

Lorsque j’ai terminé tous mes mouvements d’un seul côté et que je me suis redressée, j’ai clairement senti que je me tenais bien, dans ma posture spontanée, sans aucun contrôle. J’ai senti que je me tenais debout, je me tenais « droite » du pied à la tête et que l’autre côté n’était pas uni, pas équilibré.  Je ne l’avais pas musclé ou étiré ! J’avais bougé et hydraté les fascias de manière globale.

Lorsque Célina m’a demandé ce que je ressentais, j’ai répondu : « la tenségrité ».  Je sens clairement que je tiens debout non pas grâce à mon dos ou mes abdos, ni même en me contrôlant (style auto-grandissement), mais parce que tout est lié*.  Me voilà donc encore plus prête à vous parler de ce sujet.

A la découverte de la tenségrité

« Trouver l’espace dans le corps d’abord afin d’inviter le corps à bouger dans l’espace ensuite» Célina H.

 

En gym, les idées évoluent (ouf).

La méthode Pilates a fait grand bruit il y a des années, bien avant que cela devienne « tendance ».  Joseph Pilates, lui-même chargé de bien des maux, a révolutionné l’activité physique en mêlant du renforcement des muscles, du mouvement et des principes assez stricts pour avoir une évolution positive. Remettons dans son contexte la méthode Pilates (appelée alors Contrology par monsieur Pilates) : c’est l’entre deux guerres, on comprend la tendance type militaire avec une population bien plus mobile qu’aujourd’hui! Bien sûr, on peut remettre en question certains mouvements qui exercent des pressions qui pourraient s’avérer néfastes mais cela n’empêche que le gars a été un visionnaire.  Sans le savoir, et BIEN avant que l’on en parle (pas loin de 100 ans quand même), il a stimulé les FASCIAS.

La méthode organise très bien le corps sur un plan sagittal (flexion/extension) et, les flexions, c’est quand même pas mal fonctionnel quand on pense à nos mouvements quotidiens. Lui ajouter un bon zeste de flexion latérale et de torsion sera évolutif. Son livre « retour à la vie » est bien une invitation à « bouger comme un animal » selon ses mots, car il était inspiré par les arts martiaux, le yoga, les mouvements des animaux. Là aussi, pas mal visionnaire le bonhomme, quand on voit les tendances fitness actuelles.

 

Lorsque j’ai affirmé cela sur internet il y a peu, un prof a été scandalisé, se lançant tout de suite dans une vidéo coup de gueule à mon égard : « C’est une grosse connerie!  Tous les mouvements musculaires sollicitent les fascias, Pilates pas plus que De Gasquet » a-t-il dit.  Et pourtant, une connaissance un peu plus approfondie à ce sujet l’aurait apaisé car beaucoup ignorent que pour améliorer la viscosité, l’élasticité des fascias, il y a des paramètres importants à prendre en compte comme le rythme, le rebond, etc.  Pilates fait des rebonds. De Gasquet pas.

Chaque méthode est excellente : ne demandons pas aux profs de choisir un camp. Prenez dans chacune, le meilleur. Contrairement aux idées reçues (auxquelles je croyais moi-même dur comme fer à mes débuts), la posture du dos ne dépend pas uniquement des muscles du dos et des abdos. Ces muscles, associés à tout le reste, vont influencer la position, ce qui est important mais la posture dépend aussi du cerveau inconscient.

🔸Cerveau et mouvement

C’est donc tout un apprentissage, une habitude inconsciente, de l’enfance… jusqu’à la fin de notre vie. La posture est inconsciente, la position est volontaire. Donc, se tenir bien étiré est en fait plus de la position que de la posture. Et ce qui va donner un corps sans tension et tonique à la fois, c’est la tenségrité.  C’est ça que j’ai ressenti lors de mon atelier.

Un exemple de tenségrité ? Celui du cheval.  Le cheval fait-il de la muscu pour arriver à porter une tête de plusieurs dizaines de kilos au bout de son cou ?  Non, il arrive même à dormir comme ça.  Comment ?  Grace à la tenségrité, c’est-à-dire un équilibre entre force et tension qui permet que « ça tienne tout seul ».

Le poids est donc réparti grâce aux muscles mais aussi grâce aux fascias. Pour notre dos, il faudra donc associer des mouvements conscients mais aussi des mouvements réflexes qui vont stimuler notre cerveau inconscient et enregistrer la donnée. Voilà pourquoi je pense qu’il est indispensable de varier les méthodes, car beaucoup reposent sur l’idée désuète (et fausse) que le dos et les abdos sont quasi les seuls à influencer votre posture. On peut s’inspirer de la méthode Pilates qui comporte beaucoup de mouvements dynamiques, en plus de mouvements statiques : swan dive, rolling like a ball etc.  Les arts martiaux aussi, qui nous font rouler au sol, explorer d’autres dimensions de notre corps. Je suis de plus en plus adepte des mouvements fluides, stimulant les fascias.  J’adore placer des mouvements dignes des animaux, dans les cours. On ressemble parfois un peu à des lézards mais, certains mouvements spontanés, enfouis en nous, ont été mis en avant par de récentes études comme étant indispensables à notre santé corporelle.  Et je le confirme de par ma propre expérience, oui, ces mouvements fluides, globaux, spontanés m’ont fait beaucoup de bien.

Créer du mouvement

🔸 De Gasquet VS Pilates

Ce sont deux méthodes que j’utilise beaucoup et que j’aime mettre en avant. Chacun est visionnaire à sa manière.

Pilates aborde le corps plus dans un sens de tenségrité.  Il prend en compte la majorité des chaines musculaires (myo-fasciales) (antérieure, postérieure, latérales, croisées,…).  Cependant, certains mouvements ne seront pas recommandés en cas de pathologie telle que la discopathie (risque d’hyper pression).  Il a tendance à refermer plus le corps alors que beaucoup de personnes se tiennent voutées, mais cette méthode est très riche et permet de varier énormément les séances.

Je tiens également à souligner que certains mouvements pourraient être néfastes non pas parce qu’ils sont mauvais, mais parce que les exécuter sur un corps non préparé, sur des tissus qui ne sont pas prêts à se mouvoir serait dommageable.

Bernadette De Gasquet a révolutionné notre manière occidentale d’accoucher et rendu populaire les bons abdos. Elle a fait faire un bond énorme dans la manière de « faire des abdos » et prendre soin de soi. La méthode du Docteur De Gasquet est plus sécuritaire, parfois trop à mon goût. Depuis 2 ans, plusieurs professionnels du sport et de la santé m’ont parlé de la « crainte » que cette méthode pouvait générer chez les patients.  Il y a énormément de contrôle dans cette pratique et cela peut provoquer de la kinésiophobie : la peur de bouger, chez certains, surtout s’ils ont déjà souffert par exemple du dos, etc.

Si on prend la méthode d’abdos APoR, la base comporte assez peu de mouvements. C’est un travail statique, jeux de pressions, respiration…  Elle a tendance à couper le corps en morceaux et surtout à se concentrer sur le tronc.  On mettra en avant ce tronc comme noyau, « core » en Anglais. Elle conjugue la contraction volontaire du périnée avec l’expiration. Cette contraction volontaire (très répétée) du périnée est de plus en plus controversée car

-> Les fibres contractiles ne représentent qu’un faible % du plancher pelvien et contracter sans prendre en compte les tensions ailleurs dans le corps (psoas, diaphragme etc ) serait contre-productif. Si on se réfère aux dernières compréhensions du corps humain en mouvement, les pieds sont connectés au diaphragme pelvien, donc toutes les tensions et adhérences tissulaires dans les jambes viendront affecter la bonne réactivité du plancher pelvien.

-> Certaines personnes ont un périnée hyper tonique et cette contraction pourrait s’avérer délétère

-> C’est sous-estimer la contraction anticipative qui se fait grâce aux réflexes posturaux (qui se font donc sans contraction volontaire)

C’est dommage de se focaliser sur ce centre, sans tenir compte des extrémités… et donc ne pas tenir compte de la tenségrité totale (ni des propriétés des fascias).  Ce n’est pas une méthode fluide à la base mais j’apprécie beaucoup ce ressenti profond qu’elle suscite. Bien sûr, la qualité du prof fera la différence, s’il y place lui-même plus de mouvements et du rythme.  Je pratique beaucoup les exercices d’abdos de cette méthode qui reste excellente et j’encourage à la connaitre.  Mais, pour la globalité du corps, je trouve qu’il est indispensable de varier les styles.  Le stretch yoga De Gasquet est un yoga revisité avec beaucoup de sécurité, plus de mouvements et toujours du contrôle qui ne va pas associer les paramètres pour les fascias fluides et l’inconscience de la posture… mais ce n’est pas grave !  C’est super comme ça et d’autres personnes ont créé d’autres mouvements, d’autres choses, et c’est cette diversité qui est riche.

Affirmations erronées :

Si vous tenez debout, c’est grâce à vos jambes mais surtout grâce au tonus de votre dos.  Ces muscles vous permettent d’adopter cette position verticale si spécifique à l’homme.

Renforcer votre dos et vos abdos permet de soutenir votre colonne vertébrale.

✔ Vrai, on a une position verticale et tonifier les muscles du dos et des abdos vous aidera beaucoup.

❌ Mais incomplet (certains de mes collègues diraient que c’est carrément faux). C’est la tenségrité qui nous permet de tenir vertical, sans douleur. Pourquoi serait-ce faux ?  Parce qu’on sait maintenant qu’il est inutile voire contre-productif de renforcer un endroit si un autre est bourré de tensions.  Si on demande à une personne voutée de se redresser, de se tenir droite ; que cette personne a des tensions dans les psoas, cela n’aboutira pas.  Il faudra d’abord détendre les psoas pour ensuite s’occuper du dos.  Et très important, il faudra remettre du mouvement car dans la vie, on veut bouger et on ne peut pas tout contrôler non-stop.

Vous grandir vous permet de gagner quelques millimètres voire quelques centimètres pour les plus tassés.

✔ Vrai se tenir la tête poussée vers le ciel permet de bien muscler le dos et de gagner de l’espace entre les vertèbres.

❌ Mais incomplet à nouveau car la première question serait : « Pourquoi vous tenez-vous vouté?  Douleur?  Tension? ».  Plutôt que d’obliger à se redresser, alors que la partie inconsciente du cerveau, responsable, donc la vraie bonne posture ne sera pas activée, la globalité du corps ne sera pas prise en compte, encore moins les tensions.  De plus, n’est-il pas souvent demandé de « baisser » les omoplates et d’ouvrir les épaules ?  Ces tensions engendrent souvent une perte de mobilité du diaphragme que l’on va compenser par une extension de la cage thoracique.  C’est-à-dire qu’on va projeter la cage thoracique vers l’avant vu qu’on a fermé les muscles derrière.

Moralité : Mettre du mouvement, de la spontanéité, de la fluidité dans vos entrainements donnera de bien meilleurs résultats que de rester statique ou figé.  Je suis toujours fan du dos de Playmobil, mais n’oublions pas tout le reste! Je ne suis pas contre la contraction volontaire du périnée, avant un effort important par exemple, mais en général, je laisse les kinés et sages femmes spécialisés la conseiller si ils la trouve nécessaire et en fonction de leur patiente.

Explorez vos mouvements, petit à petit, sans chercher ni performance, ni douleurs.  Enrichissez vos entrainements avec différentes méthodes, variez les plaisirs et faites le quotidiennement. Des mouvements fluides, réflexes, associés à des exercices plus contrôlés, statiques.  Stimulez votre équilibre.  On arrête souvent d’explorer notre corps et ses mouvements après l’enfance et je trouve ça bien dommage.  Pour moi, la gym, c’est aussi proposer une cure de jouvence à notre corps.

Un site sympa, point de vue mouvement, c’est le Functional Patterns.

Ici, une vidéo clin d’œil ironique sur la position hyper contrôlée.

Enfin, j’ajouterai que certaines formations ont un schéma archaïque de « maître/ élève » sous-entendant qu’on doit tout apprendre de l’autre, pas de soi-même, sous-entendant que l’échange est à sens unique. Pourtant, cette autonomie et cette liberté m’ont permis de vivre des mouvements exceptionnels.

Mes détracteurs m’accusent de « ne pas être fidèle à mes mentors ».  Ils me reprochent de m’inspirer du meilleur de chacun, de prendre ce qui me parle et de laisser de côté ce qui ne m’a rien apporté.  Je les en remercie.  Grâce à eux, je me remets en question et je garde la conviction qu’une vision unique et sectaire n’est en rien constructive. Seul, on avance peut-être plus vite mais à plusieurs, on avance plus loin. C’est ainsi que chaque jour je m’entoure de nouvelles pensées qui enrichissent les miennes sans avoir aucunement la prétention de les avoir « inventées ».

Cette semaine passée en Suisse m’a offert de découvrir des personnes au mode de vie très différent du mien, des personnes avec lesquelles je ne pensais pas avoir de point commun et pourtant !  Aujourd’hui, ces rencontres, je les considère comme inspirantes car toutes m’ont suggéré un chemin différent pour, in fine, atteindre le même objectif : un état de mieux être, de bien-être.

Je vais prendre le temps de m’approprier cet enseignement, prochainement, je le partagerai avec vous.

Au fond, que ce soit pour le dos, les abdos, les gens, … c’était aussi un stage sur les a-priori et à quel point ils peuvent nous aveugler, nous formater, nous enfermer dans une pensée unique.

Je terminerai avec une phrase que Célina a dite et qui m’a marquée:

« En tant que professeur, nous enseignons le vivant et non pas l’Histoire. Nous ne pouvons pas rester sur des idées figées, nous devons nous remettre en question et évoluer avec notre corps ».

Prenez soin de vous,

Séverine.

 

Photo de couverture: Célina par Danilo Moroni

Le site de Célina:  www.namaha.ch

*Je vous ai déjà parlé plusieurs fois d’Emma, mon déclencheur d’intérêt pour les fascias. Nous avions fait des vidéos ensemble à ce sujet, ainsi que sur la tenségrité, globalité etc. Son site ICI

Le travail d’Emma est une source d’inspiration. Elle développe ici les notions de posture et position. . Cette notion est illustrée en vidéo par Mathieu Boule.



Il y a 16 commentaires

Ajoutez le vôtre
  1. Benita Beatrice

    A bravo! toutes ces explications très claires et parfaitement étayées par vos différentes expériences, vos ressentis corporels qui vous ( et nous) entrainent dans des directions variées…un seul (mais immense) regret: habiter Paris et donc…loin très loin de votre enseignement! et je suis tout à fait d’accord avec « anonyme » pour déplorer le manque de concertation entre tous les soignants ce qui multiplie les galères pour les « douloureux »…

  2. Sandrine

    Merci Séverine pour la transmission de ce que vous retenez des différentes méthodes.
    Je vous suis en vidéo depuis quelques années. J’ai un diastasis et les exercices compatibles sont peu nombreux.
    Heureusement que vous êtes là !
    Continuez à partager, c’est une mine d’or pour nous !

  3. Anonyme

    Bonjour Séverine, cela fait des années que je vous suis sur YouTube et fb et je vous recommande à mes patientes. (je suis kine). Je suis 100% d accord avec vous. Il n y a pas Une méthode valable pour tous, toutes les méthodes ont leur intérêt, selon notre sensibilité et le patient que l on a en face de nous on s adapte. Merci pour ce que vous faites, pour vos messages positifs. Au plaisir de vous (ré) lire et (ré) voir en vidéo. Quand venez vous sur Bordeaux ? 😉

    • Séverine

      Merci bcp!!! Je n’ai jamais eu de « proposition » pour aller à Bordeaux 😉 Montpellier m’accueille volontiers, c’est pour ça que c’est un de mes points de chute

  4. Sophie Lebossé

    Merci Séverine de nous faire partager tes réflexions qui nous aident à avancer nous aussi !
    Merci Séverine de ne pas garder tout ce savoir comme un secret, mais au contraire de le diffuser au plus grand nombre
    Merci pour ces explications claires et précises, variées et enrichissantes
    Merci de continuer Encore

  5. Anonyme

    Bonjour Séverine. Je suis une nouvelle patiente d’Emma Gomez. Depuis l’enfance, je ne vois que d’un œil. C’est seulement maintenant que je trouve des pistes pour tenter d’améliorer les douleurs que ce déficit de vue occasionné sur le corps. A quand une collaboration kinė, ostéopathe, ophtalmo, posturologue, médecin traitant, spécialistede l’épaule spécialiste du genou, clinique de la douleur… Que d’années a galerer afin de rencontrer les bonnes personnes ! Quel budget en soins de toutes sortes pour tenter de me soulager… Un petit espoir enfin, peut-être… Retrouver un peu d’énergie…
    Merci.

  6. Berguie bregotte

    Wahou, c’est bon de savoir que chaque jour nous amène à une plus grande liberté d’esprit ( et de corps ) grâce à la rencontre d’autres personnes, différentes de nous. Merci Severine pour cet article qui m’apporte de l’espoir 🙏😘


Laisser un commentaire