Andrée

Les compétences fondent elles au soleil?

« Séverine, à quand des cours à 3 euros durant l’été comme dans les autres salles ?  »

Cette question, j’y suis de plus en plus souvent confrontée. Je dois bien vous avouer qu’elle me laisse perplexe et me blesse.

Qui peut proposer ce type de réduction ? Le dentiste, non. Le garagiste, non. Le plombier, non plus. Le médecin, surement pas. Le fleuriste, oui, mais uniquement quand les fleurs sont prêtes à faner.  En matière de sport, seuls les grands complexes peuvent se le permettre.

Mon approche n’est pas celle d’une salle. Le nombre de participants n’est pas illimité comme dans une salle. Ce n’est pas mon souhait. Depuis le début, j’ai voulu offrir une formule personnalisée; c’est ainsi que le nombre d’élèves est limité à maximum 10 ou 12 de sorte que je puisse corriger chacun de mes élèves et l’accompagner tout au long de sa séance.

 

Mon approche est différente, je veux connaitre chaque prénom, chaque parcours tout comme les attentes, les spécificités,les évolutions, les craintes,les limites physiques et les envies de mes élèves.

La qualité de mon travail, le temps passé à préparer mes cours, à les faire évoluer ne varie pas en fonction des saisons. Chaque année, je suis de nombreuses formations sans jamais impacter leur coût sur le portefeuille de mes élèves. Je vise la qualité. Je propose aussi énormément de vidéos disponibles gratuitement en ligne, pour tous.

Enfin, j’estime que mon travail ne vaut pas 3 euros 50. Parmi vous qui accepterait d’être rémunéré à ce tarif BRUT et de gérer 25 ou 30 élèves?

Mais voilà, l’impact de ce type de promotion est énorme. Dans l’esprit des élèves, un cours de gym ne vaut plus pas grand chose. Le bénéfice au quotidien est pourtant conséquent. Une leçon de qualité participe à votre bonheur quotidien, à être plus agile, à avoir moins de douleur, à se sentir bien dans sa peau, à ne pas avoir peur de bouger, et aussi à réaliser des économies de médicaments, médecin etc.

Le sport n’est pas le seul secteur a subir des casses de prix. Les photographes, les graphistes, les esthéticiennes et bien d’autres métiers voient leur avenir menacé avec des conséquences souvent irréversibles. Je me souviens de cette cliente qui souhaitait un tatouage de sourcils, croyant réaliser une bonne affaire elle a choisi le meilleur prix autrement dit le plus bas. Le travail était à ce point mal réalisé qu’elle portrait ses lunettes de soleil à l’intérieur comme à l’extérieur y compris par mauvais temps. Contrainte de s’adresser à une vraie experte, elle a payé le prix coutant. Au total, la dépense aura été plus grande et aura généré beaucoup de stress. Était-ce vraiment le meilleur prix ?

« Celui qui croît qu’un professionnel coûte cher, n’a aucune idée de ce que peut lui coûter un incompétent » auteur anonyme.