image1a

Pourquoi le crossfit me choque? Posture VS Crossfit (vidéo)

Des dos « cassés », des ventres poussés en avant, des articulations lésées,…combien de fois n’avons nous pas grincé des dents en voyant des exercices en crossfit qui font mal partout, y compris aux yeux 😉

Jack, coach de crossfit, a accepté d’être mis sur un « banc d’accusation ». Avouerait-il? Certains mouvements sont-ils mauvais pour le corps?

image1a

Cette petite mise en scène était bien sûr amicale, étant donné que chacun est libre de faire le sport qu’il veut, mais la discussion pouvait être intéressante: confronter deux mondes différents.

D’abord, il m’a expliqué la différence entre le crossfit, à faire au jour le jour, et le crossfit de compétition. L’un cherche l’amélioration des aptitudes physiques, l’autre la performance où le timing est plus l’objectif à atteindre plutôt que le bien-être. Moi qui partais sur un à-priori plutôt négatif, j’avoue à mon tour que nous avons parfois tort de mettre tout le monde dans le même panier. Tous les coachs de crossfit ne sont pas des brutes épaisses hypermusclées qui vous poussent dans vos derniers retranchements. Ça, c’est l’image que l’Outre-Atlantique a tendance à nous donner et cette image, je pense, ternit le crossfit.

J’ai réellement trouvé que ce coach était ouvert à la discussion, et qu’il cherchait réellement la santé de ses élèves plutôt que la performance.

Suite à mon « facebook live », j’ai reçu plusieurs mails allant dans des sens différents, mais tous ayant une crainte: se blesser.

« J’ai arrêté le crossfit car il n’y avait pas de correction posturale, pas d’équilibre; ce qui comptait, c’était de le faire d’après le standard du crossfit; débrouille-toi pour y arriver. »

Et bien, c’est clair qu’en y mettant la vitesse, en cherchant la performance, on ne peut pas être nickel. Jack le dit lui même « aller en compétition de haut niveau n’est pas bon pour le corps ». Mais, il faut croire que plusieurs coachs ne voient pas la chose comme tel:

« L’esprit d’équipe était top, mais je ramais et je ne voulais pas être « moins bonne », du coup, j’allais toujours trop loin, on m’y encourageait. J’ai fini avec des séances de kiné avant de stopper définitivement ».

Ok, certains coachs poussent trop. Comme dans tous les jobs, il y a des bons et des moins bons (voir des mauvais 😉 ) en posture aussi vous trouverez de tout! Des profs qui font 4 heures ou un weekend de formation, peinent à se placer eux mêmes, puis ouvrent des cours en se trouvant excellents. Seront ils moins dangereux? Pas tant que ça non, car ils ne sauront pas vous corriger, vous écouter.

L’idée de la vidéo était de rester avec une certaine ouverture d’esprit. Si je viens à la box et que je dis aux membres adeptes des crunches « Arrêtez, c’est mauvais, faites de l’hypopressif » (ou autre exo soft style De Gasquet), je vais immédiatement perdre l’oreille qu’on aurait pu me prêter. Je pourrais leur proposer du gainage, mais ils veulent aussi d’autres exercices! Je me suis dis qu’il serait donc mieux de revoir et adapter certains exos. Avançons pas à pas.

Jack en a choisi 2 et m’a montré comment il les recommandait. Je salue déjà là son ouverture d’esprit! Si chacun acceptait de se remettre en question, nous avancerions bien plus, non?

Une prof m’explique: « J’ai voulu proposer du crossfit dans mon centre, cela a été un échec car nous n’avons pas pu concilier nos points de vue sur le respect du corps qui est notre philosophie de base. Nous avons offert la formation d’abdos De Gasquet au coach, mais cela n’a pas suffit. Dès qu’on critique, on est de « haters ».

C’est vrai, nous, les profs de méthodes posturales, allons regretter diverses choses, et comme me disait une amie:

« En plus de tout ce qui touche la sangle abdominale et les hyperpressions, il y a de la désorganisation des chaînes musculaires due au nombre de répétitions de mouvements en 2 dimensions, de l’hypermobilité induite par certains mouvements haltéro au niveau d’articulations qui ont justement besoin d’être stabilisées, du squat haltéro en rotation externe poussée qui comprime la sacro-iliaque, du manque de sollicitation de la chaine auto-grandissante, du renforcement non physiologique de la musculature en général induisant des contraintes articulaires délétères. »

Quand j’en ai parlé à Jack, il m’a expliqué comment il constituait ses groupes et, comme pour la posture, il a expliqué qu’il fallait d’abord apprendre les bases, puis pratiquer, pratiquer encore, afin de se fortifier, puis seulement par la suite, allez plus loin. Cette notion d’aller plus loin, parfois trop loin, peu porter préjudice, mais chacun n’est il pas libre et responsable de son corps?

Un élève m’a dit ce matin « Le crossfit ne m’attire pas car l’esprit de groupe me pousserait à aller trop loin que ce que mon corps peut endurer. Avec ta méthode, je n’ai pas à avoir peur ».

Après 5 minutes de discussions à la box, nous sommes arrivés à la pratique. Jack voulait avoir mon avis critique sur ses corrections, nous en avons donc discuté.

Exercice 1:

Le sit up

My god, pauvre corps…

Jack les a banni de ses WOD’s mais beaucoup le lui reprochent…peut-être parce qu’ils ne comprennent pas les effets néfastes de ces mouvements. Ils veulent souvent sentir cette « brûlure » au niveau des abdos, et veulent travailler les psoas. Il n’est pas nécessaire de raccourcir les muscles pour bien les travailler, on peut donc essayer d’adapter quelque chose. Cependant, pour le standard de l’exécution d’un certain exercice, ils doivent se plier en deux. Ce n’est pas bon bien sûr, mais c’est un mouvement dont l’exécution est obligatoire en compet’. Nous en revenons au fait que la compétition n’est pas souvent bonne pour le corps 😉

A la place, il propose le « hollow ». En langage Pilates, ce serait une sorte de « hundred » statique. Est-ce qu’il est mieux? Oui, moins de tassements au niveau de la colonne. Maintenant, on reste dans une contraction des grands droits en raccourcissement, la pression dans le ventre augmente (donc poussée du ventre en avant, du périnée vers le bas…), je ne suis donc pas fan. Mais quand je lui ai parlé de l’idée de pousser la tête dans les mains afin de diminuer la pression et être plus dans les abdos profonds, il a apprécié 🙂 Voilà un petit pas de franchi, non? Il me semble que cette option peut plaire aux crossfiters.

 

Exercice 2:

Le burpee (qu’on met souvent au pluriel vu qu’on n’en fait rarement un seul)

Jack m’a expliqué les défauts de posture qu’il voit couramment et qu’il corrige. Ce qui me chiffonne, c’est qu’on « lâche » souvent le bassin pour descendre et que le placement n’est pas toujours bien respecté pour la remontée. Jack donnait de très bons conseils pour le placement au départ et conseillait de contracter les fesses pour rétroverser le bassin à la montée. Je lui ai suggéré de contracter le périnée pour aider au placement, et bien sûr, associer avec le dos qu’on grandit au maximum et l’expiration à l’effort. Mais bon, là aussi, soyons réalistes, ce ne sera pas possible d’être si précis si on cherche un certain nombre de répétitions…et la vitesse!

Je pense à nouveau qu’il ne faut pas être trop sectaire et accepter que les adeptes cherchent à faire du crossfit, pas de la posture! Ils cherchent à aller vite, à se dépasser, et cela sera parfois au détriment du contrôle parfait. Jack me dit qu’il a mal au dos si il ne se place pas bien et qu’il préfère terminer une ou deux minutes plus tard son WOD mais sans se blesser, et il ne doit pas être le seul. Il ne faut pas oublier qu’il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier 😉 et que la démarche à la base, pour beaucoup de crossfiter, est d’améliorer sa condition physique, pas de se nuire.

J’ai donc trouvé cette entrevue super enrichissante. Que c’est bon de pouvoir émettre des idées, partager, avec un vrai dialogue!

Prendre le temps de comprendre le mouvement, le pratiquer encore et encore, puis essayer de l’intensifier. Voilà une phase à laquelle nous adhérions tous les deux.

Moralité, n’oubliez jamais que le coach a un rôle énorme, quelle que soit votre discipline. Il doit faire preuve d’écoute et de beaucoup de connaissances, d’expérience,  pour pouvoir adapter les mouvements à vous, et ne pas vous pousser à faire l’inverse.

En yoga, on dit « c’est le yoga qui s’adapte à vous, pas l’inverse ». En crossfit, cela doit être la même chose. En plus du coach, la personne qui a une responsabilité envers votre santé…c’est vous même!!! Avoir envie de faire du bien à son corps et son esprit, c’est rester à l’écoute de soi.

Prenez soin de vous!

La box de Jack se situe à Liège, « crossfit ember », sa chaine youtube est ICI



Il y a 2 commentaires

Ajoutez le vôtre
  1. Anne-Marie

    J’ai testé une séance une fois: évidemment, je n’allais pas vite pour certaines choses car j’ai tenté au maximum de me placer correctement et puis les sauts, mon périnée n’aime décidément plus. Mais surtout il n’y avait pas de miroir pour se voir et corriger sa posture, ça me manquait (en même temps, après la dans classique, je suis drillée aux miroirs)…


Laisser un commentaire